Bon, on ne va pas se mentir, on en connaît tous un ou deux comme ça. Et je suis gentille. Audiard disait d'eux : "les cons, ça ose tout. C'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît". Mais comment les définir ?

Par une simple constatation :
Il est con comme un balai, couillon comme la lune.
Il est pas fini.
Il n'est pas tout seul dans sa tête.
Il est fada, il est habité.
Il a un pet au casque.
Il est pêté.
Il est petelé.
Il est timbré.
Il est fêlé.
Il est pas fûté, il est pas fufute.
Il est débile, mangane, tabaïo.
Il est fondu, il est allumé, il a fondu les plombs.
Il est simplet, benet, innocent.
Ché t'in innochin. (Ch'ti)
Qu'es un paou couilloun. (Oc)
Il a pas tous ses fagots à l'abri. 
Y a la lumière, mais y a personne à l'intérieur.
Y a personne à l'intérieur et y a même pas la lumière.
Il est fin comme du gros sel.
Il travaille de la cabucelle.
Il a la comprenette dépontelée.
Il est bouché comme le tunnel de Fourvières un vendredi soir.
Il a deux oreilles mais rien au milieu.

Par une image de métier :
Il a plus l'air d'un couillon que d'un moulin à vent.
Il lui manque une tuile au faîtage.
Il a du mal à réunir ses pièces.
Il a l'esprit pointu comme le fond d'une cuve. 

Par analogie avec un animal :
Il casse pas trois pattes à un canard.
Il a encore la coquille au cul.
Il a l'esprit là par où les poules pondent.
Il  est bête comme une oie qui couve debout.
Il est nigaud comme la brebis qui se confesse au loup.
Il est dégourdi comme un poisson sur la paille.
Il a le frelon qui se cogne au carreau.

Par l'étendue de ses capacités intellectuelles :
Il a le QI d'une huître.
Il a pas inventé l'eau chaude.
Il a pas inventé la poudre.
Il a pas inventé le fil à couper le beurre.
Il a pas inventé le bouton à cinq trous. 
Il a pas inventé la machine à faire friser la salade. 
Il a pas inventé la machine à faire courber les bananes.
Il a deux mains gauches, il a les mains pleines de pouces (désigne d'avantage un maladroit qu'un con véritable).
Il irait chercher de l'eau dans un panier.
Il irait porter de l'eau à la fontaine.
Il ne trouverait pas d'eau dans le Rhône.
Il va aux moules quand la mer monte.

Par l'origine de sa disgrâce :
Lors de la distribution, il était derrière la porte (ou derrière un pilier).
Il a été trempé à l'urine, démoulé trop tôt et éteint à coups de pelle (dixit un ferronnier).
Quand il a divorcé de son cerveau, il a pas obtenu la garde des neurones.
Il a été bercé trop près du mur.
Il est pas brillant. Juste un peu surexposé.
Ca sent l'accident de poussette sans casque.
Il a été démoulé avant la fin de la cuisson.
Il lui manque un bouillon.
Il est allé à l'école derrière les buissons. 

Et je terminerai comme j'ai commencé, en laissant la parole à celui qui en a parlé le mieux :

Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon. Y serait à Sêvres. (Audiard)

On lui ferait une radiographie d'en haut du crâne, on verrait les semelles des chaussures. (Audiard)

Et, comme dans les films, toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne saurait être le fruit du hasard...

Post scriptum : Comme, en cette matière, l'inspiration est éternelle et ses sources infinies, voici de nouvelles expressions :

Il est chauve à l'intérieur.

Il a appris à colorier tard.